Je vote POUR ! Plus de maisons médicales de quartier et des rémunérations plafonnées pour les responsables politiques.

Je vote POUR ! Plus de maisons médicales de quartier et des rémunérations plafonnées pour les responsables politiques.

Rédigé le 13/03/2019
Santiago


Santiago habite le quartier Helmet à Schaerbeek.

Santiago, pour quelles mesures politiques voterais-tu ?

Je voterais pour la mise en place de beaucoup plus de Maisons médicales de quartier. L’accès à la santé, c’est un droit humain fondamental. C’est efficace, cela facilite l’accès des bénéficiaires. Les gens se sentent en confiance et écoutés dans les maisons médicales. Ce sont des structures qui permettent de mettre en place une médecine préventive et communautaire. Cela permettrait de désengorger les hôpitaux ! Les communes pourraient créer ces maisons médicales avec l’aide des CPAS.

Je voterais également pour la rénovation des logements sociaux, dont beaucoup sont en décrépitude à Bruxelles.

Si tu pouvais voter contre quelque chose, contre quoi voterais-tu ?

Je voterais contre les fortes rémunérations des échevins et bourgmestres, dont certaines s’élèvent à plusieurs centaines de milliers d’euros par an, lorsque les revenus de l’activité politique et d’activités privées sont cumulés. De trop fortes rémunérations donnent envie aux gens de s’impliquer en politique pour l’argent. Il faut plafonner ces rémunérations.

De plus, ce qui se passe c’est que ces responsables politiques n’ont plus pieds avec la réalité. A Schaerbeek, cela fait deux ans que la piscine est en réfection. Deux ans que les enfants ne peuvent plus apprendre à nager. Ceux qui en ont les moyens, peuvent payer des cours privés à leurs enfants, mais qu’en est-il des autres parents ? C’est pareil quand il s’agit de l’augmentation du prix des garderies. Si tu as trois ou quatre enfants, et peu de revenus, ça devient intenable.

Comment faire pour que les citoyens s’intéressent à la politique et les élus aux citoyens ?

Il faut faire plus de consultations publiques et impliquer les habitats et les associations de quartier dans les projets communaux. Cela permettra aux gens de s’approprier les projets.