Je vote POUR ! Améliorer les conditions d’octroi du permis de travail aux étrangers

Je vote POUR ! Améliorer les conditions d’octroi du permis de travail aux étrangers

Rédigé le 11/03/2019
Hervé


Hervé détient un bachelier en comptabilité et un master d’expert-comptable. Actuellement employé dans une association, il a repris des études en cours du soir.  La musique est sa passion.

Hervé, pour quelles mesures politiques voterais-tu ?

 «  Je voterais pour que les conditions d’octroi du permis de travail soient moins exclusives. D’année en année, les critères ont été durcis. Aujourd’hui il faut une promesse d’embauche à temps plein, alors que les années précédentes, un temps partiel suffisait. Et le montant du salaire que l’employeur doit pouvoir verser est très élevé. C’est vraiment dommage car on se retrouve dans des situations où les employeurs ont besoin de travailleurs, les travailleurs sont là, mais faute de papiers, ils ne peuvent pas travailler.

Je voterais également pour une meilleure intégration professionnelle des étrangers diplômés. Dans mon cas c’est flagrant. Mon bachelier et mon master, je les ai obtenus en Belgique. Vu les critères très contraignants que je viens de décrire, j’ai des difficultés à obtenir le permis de travail. D’autres personnes dans mon cas s’en vont, ils partent vers la France, les Etats Unis ou l’Allemagne. C’est une vraie perte pour la Belgique !

Hervé, si tu pouvais voter contre une mesure politique, contre quoi voterais-tu ?

Je voterais contre l’enfermement de familles en centres fermés. Je pense particulièrement aux enfants. Leur place est à l’école, pas dans une prison ! Ces enfants n’ont rien fait de mal. Ils viennent par exemple du Moyen Orient et ont fui un pays en guerre, avec leurs parents. Quelle faute ont-ils commise ? Aucune ! Ils sont simplement nés au mauvais endroit, au mauvais moment, et ça on ne peut pas leur reprocher.

Comment faire pour que les pouvoirs politiques s’intéressent aux citoyens, et les citoyens s’intéressent à la politique ?

Les responsables politiques doivent mieux connaître le terrain. Ils doivent être au courant des réalités des citoyens.